Retour aux essentiels

A chaque minute sont lot d’articles, de photos, de vidéos mis en ligne sur la toile. Cette augmentation exponentielle ne laisse-t-elle pas présager une explosion du contenu au détriment de sa qualité ?

Brad Frost, web designer américain, faisait déjà le point sur l’infobésité à travers le monde il y’a quelques années déjà.

Les chiffres donnent le tournis

En 2012, 10% des livres existants ont été publiés durant cette année uniquement. Sur l’ensemble du territoire américaine, 15 millions de livres ont été publiés l’année suivante (2013) contre 3 millions l’année précédente (2011)  et seulement 1 million en 2009.

Le contenu iconographique n’a perdu au change. Les mammouths comme Flickr, Intagram ou Facebook publient à eux seuls et respectivement 4,5 millions, 40millions et 300millions de visuels par jour. En 2012, pas moins de 380 milliards de photos on été publiées rien qu’aux Etats-Unis.

« Boum » fait la création de contenu avec une augmentation de 342% en 12 ans :

  • Chaque minute, 72h de vidéo sont ajoutées sur YouTube
  • 144,8 milliards d’emails sont échangés quotidiennement
  • Chaque jour, 822 240 sites web sont créés
  • Quotidiennement, les internautes effectuent 4 milliards d’actions sur Facebook.
  • Globalement, 90% des données numériques ont été créées durant ces deux dernières années.

Vous et nous, de quelle place disposons-nous encore ?

S’il y a bien une vague sur laquelle il faut surfer, c’est certainement pas celle-là ! Cette création exponentielle de contenu ne peut être ingurgitée sous peine d’infobésité. Et après ?

Après c’est là qu’exposant trois intervient car notre credo est similaire à celui de Brad Frost pour une communication qui :

  • est taillée sur mesure en restant focalisée sur le métier
  • est respectueuse tant de soi que du temps des autres (celui utilisé pour prendre connaissance de cette communication)
  • est impérativement originale
  • est le fruit de la passion (pas de jeux de mots)